` Base de connaissances humidité et salpêtre

Bureau d'études
Télé-Conseil diagnostic humidité

checked_user24*24 Inscription
connection_membre24 Connexion.

• Élargir sa base de connaissances

Remontées capillaires et salpêtre.
L'humidité des murs est singulière,



Questions-réponses sur l'humidité du bâti



Peut-on régler "tous" les problèmes d'humidité des bâtiments ?


Oui, sans hésitation.

Les couvreurs, les plombiers, connaissent bien leur métier, ils s'occupent des infiltrations localisées et des fuites accidentelles, non persistantes.

Les difficultés rencontrées concernent le plus souvent les remontées d'humidité persistantes depuis le sol appelées remontées capillaires et le traitement de l'air insuffisant qui cause les moisissures.

L'humidité apportée par des remontées capillaires n'est pas importante en quantité à l'intérieur d'un logement, les mesures comparatives de l'air ambiant intérieur l'établissent bien, cette quantité de vapeur apportée est infime, marginale par rapport à la quantité de vapeur d'eau produite par les occupants.

Le problème numéro un, vous le constatez dans les vidéos d'informations est: les sels destructeurs, communément appelés "Salpêtre"

Les vidéos d'informations du site vous montrent, sans aucun doute possible, que la remontée capillaire évolue, progresse sous forme vapeur, elle véhicule des sels destructeurs qui, lorsqu'ils ne sont pas pris en compte par manque de réflexion ou un diagnostic rapide, approximatif, conduit souvent à des travaux inappropriés, donc des dépenses inutiles.

Votre compréhension du phénomène des sels destructeurs à l'aide de nos explications et votre implication à vérifier sur votre chantier à l'aide des mesures de sels, sont une bonne base qui vous permet de réaliser votre diagnostic personnel objectif.
Cette base peut être confirmée par des prélèvements acheminés à notre service laboratoire qui réalise des mesures de teneur en humidité à la Bombe à carbure, très utiles si vous avez un doute pour la structure du bâti.

Cette compréhension et vos mesures c'est le temps d'un bon diagnostic qui peuvent vous faire économiser des milliers d'€uros. Vous conduirez vos travaux sereinement sans prendre le risque de problèmes programmés comme vous le visualiser sur les vidéos d'informations.




Votre question ou votre réponse attendue n'est pas là ?


Un premier
avis indépendant
"en ligne"
une évaluation
de mon problème








Les mesures de teneur en humidité des murs réalisées à la bombe à carbure habituellement constatées se répartissent comment ?

Sur plus de 1000 expertises humidité que nous avons réalisées sur les chantiers et à l'Ecole de l'humidité des bâtiments, comprenant systématiquement (sans exception) analyses des sels et en moyenne entre 4 et 12 prélèvements pour les mesures à la bombe à carbure, on constate, en moyenne, lorsque l'enduit ou le plaquage ne bloque pas l'humidité:
- Au dessus de la zone d'humidité persistante: 0,2% à 1,6 %. c'est la zone saine.
- Au dessus du terrain naturel, hauteur moyenne du prélèvement entre 0,30 m et 0,80 m: de 2 à 6%.
- Au niveau de la dalle rez-de-chaussée, hauteur négative - 0,10 m, c'est le contrôle du piège micro-fuite: 5 à 8 %.
- A la cave ou un mur en partie contre-terre qui n'a donc qu'une phase d'évaporation: jusqu'à 12 %, parfois un peu plus lors d'une hyper-salinité.
- Lorsque l'on dépasse ces valeurs très élevées le matériau prélevé perd sa plasticité ( comparable à une pâte à modeler) il faut se poser d'autres questions sur l'origine de l'humidité. La remontée capillaire peut être complétée par une arrivée d'eau liquide: le matériau est collant ( comparable à la boue). C'est aisé à visualiser et la mesure dépasse les valeurs indiquées précédemment.

Un enduit étanche ou un plaquage augmentent la teneur en humidité de quelques %, déplacent le problème donc augmentent la surface des dégradations. La dépose de ces enduits, le déshabillage, le décroûtage des murs améliorent très, très, sensiblement la situation.


Des travaux réussis
sans dépense(s) inutile(s)....